Cie Clown Théâtre "Le Bateau de Papier"

SI CAPITAN !

Catégorie : Aventure musicale et humoristique
Durée : 75 minutes

Mise en scène : Alexis Brun
Ecriture : Alexis Brun
Composition musicale : Les Poissons Voyageurs
Avec : Jean Russell, Florian Vella, Jean-François Leclerc

« Une fois revenu des lointains, on ouvre son panier
Et ne pas s'inquiéter s'il paraît vide. La plupart des glanures ne sont pas visibles
Ce sont des mécomptes ou des émerveillements, des parfums, des musiques, des visages, des paysages... ... Et des histoires »

E.Orsenna

Après 10 ans de cavale au gré des concerts donnés aux quatre coins du monde, les poissons voyageurs vous invitent chez eux, dans leur univers haut en couleurs ! Embarquez avec Sunshine, Buffalo et Billy Willy pour une folle aventure musicale, clownesque et déjantée !

Ce spectacle est tout d’abord un Voyage au premier sens du terme. Nos 3 clowns musiciens embarquent à bord d’un vaisseau indéfini, peu importe, l’important étant de larguer les amarres, de partir vers un ailleurs plein de promesses. La joie des 2 matelots Buffalo et Billy Willy, gorgés d’espoir et d’impatience contraste avec la rudesse d’un commandant de bord déjà usé par les kilomètres.
De lutte de pouvoir, il n’en est pas question. Chacun se satisfaisant de sa place à bord, l’important étant de partir au plus vite.
Alors commence une croisière durant laquelle, pour occuper le temps, nos 3 clowns vont rêver à ce qui les attend après, à ce qu’ils vont découvrir et le tout en chansons. Ces chansons humoristiques, composées par les Poissons Voyageurs, nous font parcourir tout le globe. Du tango argentin au ballade des plaines américaines en passant par Hawaï, Venise et Sevilla, le public rit des images que nos 3 chanteurs ont dans la tête. Quelle est leur quête? Comment s’imagine-t-on les «ailleurs» autrement que par les récits et les images?
Enfin, la destination approche! Et ils célèbrent sur le pont la fin du voyage mais chez nos 3 navigants l’excitation de toucher un autre Monde laisse déjà place aux souvenirs douloureux de ce qu’ils ont eu temps de mal à quitter.

DOSSIER